Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pourquoi il faudra compter sur Continuum...

Capture d’écran 2012-08-09 à 12.53.37.png

Voici 10 raisons d’accrocher à cette nouvelle série SF qui va nous retourner le cerveau et nous faire oublier Lost. Bref, un article écrit par Mélissandre, la nouvelle plume du blog, qui vous avait déjà raconté son faux voyage en Australie ou expliqué comment déchirer à Draw Something

continuum.jpg

 

1/ Personne ne connait, donc c’est hype.


Continuum, vous n’en avez jamais entendu parlé, mais imbibé de hipsterisme jusqu’à la moelle, vous êtes sans cesse en recherche de news pour fleurir votre pinterest. Les moustaches c’est over old, les shins ça a mal vieillit, le Diana F+ vient d’être remplacé par les 150 versions de la sardine… Bref cet été, on s’ennuie au pays du hipster et on n’hésite pas à se rabattre sur le module martien pour combler sa timeline. Quoi t’as pas vu les fisheyes de Curiosity ? Tu le follows pas sur twitter ?

 

continuum.jpg

 

2/ Les failles temporelles c’est comme les cheezy crust fun : c’est bon.


Bon ok, pas toujours, dans le cas d’un Terra Nova, c’est bidon et ça a un goût de vieux dinosaure rance. Ok, ok, dans le cas de Life on Mars (je suis incollable, cherchez pas.) c’est long, c’est lent comme un vieil amant grippe. Mais là Continuum, c’est comme ces poudres qui pétillent qu’on achetait gamin chez le marchant de journaux. C’est excitant. Imaginez l’excellent film Equilibrium mélangé à Retour vers le futur. Un coup de shaker et dans ta face la série de SF bien ficelée. Le pitch est simple : Une policière de 2077 se retrouve coincée contre son gré en 2012 à la poursuite de terroristes du futur. Ils veulent corrompre le présent pour précipiter la tournure des choses, tandis qu’elle désespère de les arrêter et de retrouver les siens. Et juste avec ça, ça envoie du pâté.

 

Continuum-2.jpg

 

3/Oui, l’héroïne porte des costumes très moulants et très intelligents


Bien obligé, passer après Anne Hathaway en catwoman, c’est un peu casse gueule. Alors non seulement Keira Cameron (rien à voir avec les Kairas ou Titanic) aka Rachel Nichols est très mignonne, auburn aux yeux vertes, toi-même tu sais, mais en plus… Elle arbore la combinaison moulante réglementaire quand on  va sauver le monde. Et cerise sur le gâteau, la tenue est le rejeton dernière gén de K2000. Mi ordinateur et tournevis de docteur qui sait hacker un distributeur, mi-seconde peau caméléon, bref le genre de fringue intelligente qu’on rêverait de pavaner sur fb façon bloggeuse mode.

 

Continuum 4.jpg

 

4/ Le geek n’a jamais été aussi chic


On peut annoncer sans trop se casser la gueule que les 10 dernières années la courbe de popularité de l’informaticien, souvent symbolisé par des lunettes de vues bien présentes a connu une courbe exponentielle. J’ai souvenir d’avoir été jadis lapidée pour avoir été l’intello de service et d’avoir passé de nombreuses vacances de noël seule avec ma Playstation. À l’heure actuelle, on ne compte plus le nombre de héros ultra intelligents, de Sheldon Cooper à Lisbeth Salander en passant par Abed l’hypermnésique cinéphile. On ne sait pas si la part de la population lapideuse n’a pas accès au net, mais le geek a non seulement pris sa revanche sociale, mais bien visiblement accédé au statut de l’icône sexe. Preuve en est, Alec Sadler est donc un petit minet blond craquant et plutôt crédible dans son rôle de génie milliardaire en devenir. Bonus supplémentaire, il a deux faux-airs du mentaliste. De là à dire que les choses ont changé dans les cours des collèges, nous ne franchiront pas ce point, pour la simple et bonne raison que plus jamais nous n’y remettrons les pieds. Même payés.

 

Continuum 5.jpg

 

5/Vous êtes plutôt macho latino


Dans Castle vous préférez Esposito, dans Dexter c’est le Sergent Batista, à la limite vous êtes pro Carmen de la Pica Morales dans the L World. En résumé, vous vous avez besoin de ce ressort « minoritaire » pour vous sentir chez vous. Parce que soyons honnêtes, d’une ils ont toujours la classe même quand ils sont furax, surtout quand ils sont furax.  De deux, ils ont quand même les meilleures répliques. Continuum ne déroge pas à la règle américaine et nous sert sur un plateau Carlos Fonnegra (Victor Webster de son vrai nom), le flic un peu pommé qui fournira la touche tension sexuelle à la jolie Keira.

 

continuum 6.jpg

 

6/ L’homme à la cigarette vous avait manqué.


Vous êtes un vrai, vous vous en foutez (un peu… bon ok, pas tant que ça)  des pinups en néoprène et des gugusss bogoss. Vous vous êtes là pour la SF. Votre amour débordant vous a poussé à regarder toooooous les épisodes de tous les spin-off de Stargate (oui je n’ai pas de vie, j’assume totalement) et vous reconnaîtrez avec enthousiaste le super méchant comme étant le gentil Master Bra’tac (Tony Amendolo IRL). À l’inverse, vous découvrirez l’homme à la cigarette ( là où l’on ne l’attendait pas. Enfin si vous êtes vraiment hardcore, sachez que la série est signé Simon Barry, aka le créateur d’Au-delà du réel. Je ne sais pas vous mais j’ai envie de me faire pipi dessus rien que de repenser à feu cette terrible série ayant ruiné de nombreuses nuits de samedis de mon enfance. Bref un casting fait pour les aficionados de conspirations et de technologies futuristes.

 

Hoverboard.jpg

 

7/ Ça vous frustre qu’on n’ait pas de hoover board en 2012, vive 2077 !


En parlant de technologies, on vous avait aussi promis le doc et Marty, on vous avait promis les pompes qui se lacent toutes seules… À la place, sans voir les écrans vidéos qui remplacent le papier de tous côtés jusque dans la métro ou les toilettes des dames, vous vous sentez lésés. C’est bien normal. Alors pour vous faire patienter encore un peu, adoptons la technique politicienne selon laquelle une promesse s’oubli très vite sous une autre couche de promesses. Si la tenue tous-terrains ne vous avait pas convaincue, entre les flingues couteaux-suisses, les petites figurines soldats qui bougent tous seuls, le make-up électriquement pulsé à la 5ème élément, vous devriez vous sentir un peu mieux dans vos pompes, qui elles, se lacent.

 

transformers.jpg

 

8/ « Ouais mais moi tu vois, j’aime bien les films à la Transformers. »


La babe en cuir, ok. Mais si y’a pas Bruce Willis, vous réclamez au moins un nombre réglementaire d’explosions et d’effets spéciaux. C’est là où la série est la plus surprenante. Avec ce genre de terrain et ce genre de sujet, on serait habitué à du carton pâte, le genre d’effet qui ne peut être crédible que chez Doctor Who. Et bien non, dès la première minute, Continuum prouve qu’on peut faire de l’explosion terroriste crédible, de l’action qui ne sent pas le spam rance sans avoir le budget de B En même temps, canadienne jusqu’au bout des décors, on aurait dû se douter que l’on ne serait pas déçu. Pour les personnes amatrices de comédies légères et girly, la très bonne Being Erica est à recommander pour prouver que je ne plaide pas allégeance au pot de sirop d’érable dans le vide.

 

liber8.jpg

 

9/Vous avez aimé V for Vandetta, vous adorez les Anonymous, vous plongerez pour Liber8.


Comme tout récit d’anticipation qui se respecte, Continuum se base sur la réflexion des comportements actuels. Particulièrement axé sur l’économie (une scène rappelle étrangement les protestations à Wall-street de ces derniers mois) et  le surdéveloppement des technologies, cette série dénote un poil des blockbusters du genre dans l’ambiguïté régnant au sujet des terroristes. D’habitude, les rebelles sont très rapidement assimilés aux gentils, qui se battent pour le peuple. Ici, les liber8 sont stigmatisés avec des méthodes et des comportements dignes des terroristes de 24. Et puis à lire leur manifeste (http://liber8.com/manifesto.php), légèrement bordeline communiste, on a du mal à garder en tête que ces personnes violentes, des meurtriers de masses ont une juste cause.  Et puis, l’héroïne, si la fraiche Keira à une dent contre eux. Il y a de quoi se poser des questions.… Mais et vous, jusqu’où iriez-vous pour défendre vos libertés ?

 

truffe.jpg

 

10/ J’ai du nez.


Comment ça, l’argument d’autorité n’a jamais été règlementaire dans une épreuve de conversion ? Rien à faire, l’avantage de rédiger des articles insipides comme d’autres adeptes de la rhinite se mouche c’est qu’on a toujours un gentil blogueur pour héberger nos bêtises. N’empêche, en 2008, c’est aussi votre « serviteure » qui rabâchait à tout le monde qu’un certain Leonard Hofstadter et sa bande de joyeux Tanguis  allaient mettre le feu au monde des séries. Mais bon, oui j’ai aussi regardé confession of a call-girl. Personne n’est parfait.

Lien permanent Catégories : Series TV et Télévision 3 commentaires

Commentaires

  • ce billet fait complètement l'impasse sur le fait que l'ambiguïté porte aussi sur cette sois disant héroïne qui est protectrice d'un ordre établit par des multinationales qui en 2077 ont confisqué le gouvernement et tout le pouvoir et abolit la démocratie, donc on a quand même un peu de mal a être de son coté... ça aurai été aussi bon de le préciser

  • geek chic? ahhh ouai un mec qui vit 24/24 entouré d'ordinateur avec tres peu de contacts avec le vrai monde si ce n'est une fille qui vient de 2077? un vrao associal par qui viendra le domination du monde par des multinationales de la technologies? c'est pas chic du tout...

  • S'agissant d'un article de présentation volontairement racoleur et non de fond, il ne convenait pas de révéler cette ambiguïté, le spectateur étant quand même suffisamment éveillé pour s'en rendre compte dès le premier épisode. Et l'expression geek chic était ici utilisée en dérision avec le choix du jeune homme, plutôt beau gosse pour un génie qui vit 24/24 entouré d'ordinateurs. Mais merci pour ces remarques.

Écrire un commentaire

Optionnel